HISTOIRE
L’ÉPOQUE FÉODALE
1090 - FROMOND de VIRÉ est le premier seigneur des lieux. Il fait édifiert la forteresse médiévale, dont subsistent les étages inférieurs du donjon, la petite tour sud-ouest, le rempart ouest, et le pont.
Le château féodal tel qu’il a pu apparaître à
Bertrand Duguesclin en 1370
(image infographique).
1370 (novembre) - Séjour de Bertrand DU GUESCLIN, comte de Longueille, connétable de France «d’argent à l’aigle déployée de sable*, au bâton de gueules brochant sur le tout», venant de Caen avec cinq cents hommes. Le 3 décembre 1370 à 17h30, il quitte le château de VIRÉ, traverse la Vègre à Asnières, le gué de Poillé s’avérant impraticable. Il franchit la Sarthe à Parcé et arrive à 6 heure du matin à PONTVALLAIN après avoir parcouru 47 km dans la nuit. Il surprend les anglais et les défait en deux heures. Il poursuit le restant de l’armée anglaise et, dès le lendemain, remporte une victoire définitive à Vaas.
1373 - Geoffroy de la GRÉZILLE est seigneur de VIRÉ.
1453/1455 - Messire Antoine TOURPIN, chevalier, est seigneur de la Grézille et de VIRÉ. Aveux du 30 octobre 1453 par Frère Jean Juignet, prieur au Prieuré d’Avessé.
1465/1474 - Le Seigneur Jean de BUEIL, chevalier, comte de Sancerre, sieur de Chasteaux «d’azur au croissant d’argent accompagné de six croix recroisettées aux pieds fichés d’or», est seigneur de VIRÉ par sa femme Marguerite TOURPIN. Divers aveux lui sont rendus : le 16 juillet 1467 par Jean Daubigné, écuyer, seigneur du Chastellier, le 14 janvier 1469 par les procureurs de la fabrique de VIRÉ...
1481 - Jacques Tourpin est seigneur de Crissé, de la Grézille et de VIRÉ. «losangé d’argent et de gueules».
1488 - Georges Gantier est seigneur de VIRÉ et rend aveu pour son hôtel fortifié, motte et terres.
LES BÂTISSEURS
1491 - Pierre de COURTHARDY (né en 1467) «de sable à 2 épées d’argent en sautoir, les pointes en bas». Seigneur de Rouessé-Vassé et Bellefille (Chemiré-le-Gaudin), Il épouse Renée de LARTIGNÉ qui lui apporte en dot les seigneuries de VIRÉ et Brûlon. Avocat général dès 1486, conseiller du roi, il est nommé 1er Président du Parlement de Paris en 1497. Il est reconnu comme le juge le plus remarquable de l’après-guerre de Cent Ans. Constructeur de l’église des Jacobins au Mans (où se trouvait l’urne contenant son cœur jusqu’à ce que cette église soit détruite), de celle de Chemiré-le-Gaudin ainsi que de la chapelle du château de Bellefille.
1505 - (25 octobre) Décès de Pierre de COURTHARDY à Paris, inhumé en l’église de Chemiré-le-Gaudin, épitaphe et armoiries sur son tombeau.
1509 - Renée de LARTIGNÉ fonde la chapelle du Château (acte du 8-8-1509), dédiée à Saint-Étienne.
Construction de 1509 à 1511.
1510/1521 - Dame Renée de LARTIGNÉ est seigneur de VIRÉ et Brûlon.
1521 - (6 avril) Aveu rendu à noble dame Renée de Lartigné par René Brehier, écuyer, seigneur de Martigné.
1521 - Pierre de COURTHARDY, fils du précédent, juge royal et ordinaire au parlement du Mans, est seigneur de VIRÉ et Brûlon. «de sable à 2 épées d’argent en sautoir, les pointes en bas, parti de trois chevrons alaisés en pal». Ce blason est présent sur un panneau de bois et l’une des clefs de voûte de la chapelle, sur le manteau de la cheminée du grand salon ainsi que sur deux des clefs de voûte de la salle de garde. Il poursuivit les travaux au château de VIRÉ et fit bâtir la chapelle de Lorette dans l’église des Cordeliers du Mans, où il sera inhumé. (cette église n’existe plus). L’hôtel des Courthardy au Mans a été détruit dans les années 1980.
1523 / 1525 - Le legs aux Jacobins de 30 livres de rentes puis de 5 livres supplémentaires par Pierre de COURTHARDY et Jacquine AUVÉ son épouse est à l’origine de nombreux procès avec leurs héritiers.
1525 - Legs aux Jacobins de 10 livres de rentes sur les fiefs de Courteilles et Chantenay et don d’une maison aux frères prescheurs et minimes du Mans.
1531 - Décès de Pierre de COURTHARDY fils.
1530/1557 - Hierosme de la VAYRIE, petit fils de Renée de LARTIGNÉ, écuyer, est seigneur de la Vandelle, de VIRÉ et Brûlon «d’argent à six macles d’azur posées trois deux et une»
1549 - Hierosme de la VAYRIE fait hommage lige pour ses châtellenies, terres et seigneureries de Brûlon et VIRÉ à son suzerain Claude de LORRAINE, duc de Guise et d’Aumale, marquis d’Elbeuf, baron de Sablé. Il déclare: «avoir droit de pêche défensable dans la rivière de Vaigre (Vègre), depuis le Pineau jusqu’à la fontaine aux Verons près le moulin du Pivot». Aveux par lesquels le seigneur avait le titre de fondateur de l’église de Viré avec «droit d’y placer listre, timbre, armoiries et écussons tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, droit de prières nominales, place au banc dans le sanctuaire ...».
Sentence du Sénéchal du Maine condamnant Hierosme de la VAYRIE, sieur de la Vandelle, héritier de Pierre de COURTHARDY, à payer aux Jacobins une rente de 35 livres sur le lieu de Cerisay.
1550 - Des commissaires, envoyés dans le Maine par le roi Henri II pour reconnaître et arpenter les landes du domaine royal provenant de celui des anciens Comtes de cette province, procèdent à cette opération dans la paroisse de VIRÉ pour celles qui y sont situées.
1603 - Innocent PIAU, écuyer, est seigneur de VIRÉ et Brûlon.
1610 - Aveux rendus à Esther de Seillons, veuve d’Innocent PIAU, procuratrice de René PIAU son fils majeur et tutrice de ses autres enfants mineurs, le 6 septembre par Pierre le conte et le 19 octobre par Urban ESPINARD.
1614 - « le sergent fieffé des châtellenies de VIRÉ et Brûlon est condamné à deux livres mansais d’amende, ayant manqué à comparaître à la courses des lances du dimanche de Pâques Fleuries (14 mars)».
1617 - René PIAU, dit René de VIRÉ, écuyer, est seigneur de VIRÉ et Brûlon.
1617 - (28 avril) «Déclaration rendue à René de VIRÉ par Marie Marcel, femme de Nicolas de Longueil, sieur du Raucher...»
1627 - Un billet rédigé ainsi : «Payé la somme de 4 liv. pour son voyage faict au chasteau de Viré pour trouver le Roy, par ordonnance du 28 avril 1627, à Mr du Touschis» (arch. de la Sarthe) atteste d’un séjour de Louis XIII au château de Viré.